Fête d’anniversaire

Publié le : 30 juin 20217 mins de lecture

Samedi soir, nous fêtons l’anniversaire de SLR. Sur Les Rails, c’est un magazine mensuel, régional et gratuit qui annonce les dates des concerts, chronique les albums ainsi que diverses news et interviews. Cela fait donc 5 ans qu’ils existent. Pour l’occasion, la salle des docks a été réaménagée avec pour attraction principale un bar de 5 mètres de long. C’était non sans enthousiasme qu’on pouvait enfin voir à la maison ceux qu’on défend depuis quelques années, Sidilarsen et Undergang.

Une belle soirée en prévision. Malgré cela, elle a été un peu gâchée par une organisation exécrable refusant pass presse et stand promotionnel pour notre association. Merci pour la considération…Cela fait toujours plaisir de se sentir soutenu par « des collègues » quand on s’acharne à défendre la musique régionale. Surtout qu’on avait joué le jeu en relayant l’info sur notre site et qu’on avait dit qu’on ferait une chronique de la soirée. Enfin passons, vous vous en foutez, place au spectacle. Et de ce côté là, c’était la grande réussite !

Lima Djari réussit le premier pari de la soirée en désincrustant les Cadurciens du bar. En guise d’intro, Lima Djari propose une chanson acoustique et trompe ainsi les amateurs d’électro venus se défouler. Le calme avant la tempête. Le son et l’énergie des morceaux montent d’un cran et voilà nos Lotois rassurés. Le concert se déroule normalement et l’intensité se fait ressentir, la basse accompagnée par la batterie nous offre quelques démonstrations passionnantes. Je délaisse alors ma place quelques temps afin de prendre des photos et à ma grande déception aucune entrée autorisée alors qu’attend devant la scène un « couloir » prévu à cet effet. La fête bat son plein jusqu’à ce que je me présente à l’accueil afin d’obtenir l’autorisation.

La basse résonne et bastonne au loin, le public applaudit et semble sous le charme. La caisse est prise d’assaut et les fêtards s’empressent de rejoindre une salle où visiblement on s’amuse. En effet, la soirée m’aura incité à aller chercher au plus profond de moi le peu d’humour qu’il me reste. L’entrée m’est désormais interdite. J‘ai perdu mon ticket et aucun tampon ne justifie quoi que ce soit. Recherche et négociation : ¼ d’heure.

OscarTramor, impatient, ne m’a pas attendu pour s’avancer et profiter du spectacle. La chaleur est montée, je me faufile direction le vigile qui me refoule et me renvoit à la case départ mais cette fois-ci muni d’un Sidilarsen. Malheureusement, l’accord du groupe ne servira à rien. A bout de force, à bout de nerfs, je trimbale ma carcasse vers OscarTramor tout aussi énervé. Véritable boule de nerfs, je me glisse aux premières loges afin d’assister à la représentation des Sidilarsen.

Les premières notes suffiront à faire redescendre la tension « A qui je nuis me pardonne ». Je suis fin prêt à accueillir les Toulousains de Sidilarsen visiblement en forme. Le son se met en place rapidement et la folie furieuse s’empare des cinq metalleux venus donner un coup de fouet à cette ville endormie « La morale de la fable ». Les premières notes suscitent tout d’abord la surprise puis la stupéfaction « La fibre ». En effet, les yeux s’ouvrent et découvrent, malgré les préjugés, des artistes passionnés mais pas pour autant agressifs. Le métissage est à l’honneur ce soir. Le public n’est pas délaissé, bien au contraire, et le chanteur n’hésite pas à dialoguer avec ses fans entre les titres comme si les spectateurs jouaient un rôle primordial. Tout juste, en première ligne les fans délaissent leurs problèmes et se défoulent avec « courtoisie » « Le fer ». Une bonne ambiance et un groupe détendu et efficace malgré leur premier passage à Cahors. La preuve en est : le chanteur se laissera même aller en se jetant dans le public en guise de reconnaissance. Et celui-ci ravi ne se privera pas de le faire savoir au groupe à coup d’intenses acclamations. Le set est maintenant bien rodé et l’heure et demie passée avec les Toulousains aura tout d’un immense plaisir.

Un Toulousain peut en cacher un autre. Undergang réalise un de ses plus vieux fantasmes en venant jouer ses propres compositions « à la maison ». Natif de Martel, il est désormais prêt à rencontrer son public et faire voir de quoi sont capables les Lotois. Le son est irréprochable même si l’on ne peut pas en dire autant de l’accueil. L’arrivée sur scène de notre ami nous remplit de joie ce soir à Cahors. L’enthousiasme est là et l’envie de s’amuser aussi « Alternative ». Les chansons défilent et donnent un véritable aperçu du boulot de titan accompli. Tout se fait en temps réel et la moindre faute sauterait aux oreilles dans cette course effrénée. Toutes les conditions étaient réunies pour un spectacle à la hauteur. Les rythmes sont toujours aussi énergiques et enivrants, les sonorités, influences passent à une telle vitesse que nous sommes étourdis à chaque scratch bien placé. Une multitude d’émotions, une intensité différente à chaque morceau et un plaisir tout simple à coup sûr. Cédric est remonté à bloc ce soir et cela se voit sur scène. On lui découvre une ferveur incroyable et il nous balance un set furieusement endiablé. De l’énergie par wagon ! Le beat s’accélère, et même épuisé, on ne peut résister à l’appel de quelques pas au rythme effréné du roi des platines !

A coup sûr une soirée riche en découvertes pour beaucoup, et pour nous, l’occasion de revoir ces artistes qu’on apprécie énormément aussi bien artistiquement qu’humainement. Merci aux groupes qui ont sauvé la soirée face à l’organisation qui a tout fait pour nous empêcher de faire correctement notre « boulot ». Amis de SLR, je ne vous salue pas ! Merci à Lisa (ringo_mesmerize@hotmail.fr) pour les photos. Merci à OscarTramor pour le coup de main pour la chronique

Plan du site