Un autre émoi

« Stéphane le Charismatique » apporte ses textes intenses et poétiques inspirés par son quotidien, ses lectures et sa passion pour la langue française. Le chanteur nous propose un album à lire « Tu te moques », plein d’émotions et de sens.

Après avoir répété dans la Khaban’ au fond du jardin, tout prédestinait le groupe à évoluer dans la cour des grands de la chanson française. D’illustres modèles nourrissent son art et malgré cette belle attention envers ses aînés, le groupe réussit à se détacher de l’image actuelle de la chanson française en créant un style, un univers et une dépendance certaine à tous ceux qui se nourrissent à leur tour des prouesses de Khaban’. Notons tout de même la participation de David Lewis (arrangements de cuivres et choeurs) qui n’est pas sans rappeler l’univers de Paris Combo et la chanson clin d’oeil « Eloignez-moi de moi ».

Difficile de coller une étiquette à ce groupe en pleine possession de ses moyens : Khaban’ sort des rangs en proposant une musique jazz/rock.

On aime le contraste entre la musique énergique, je pense notamment à la batterie très présente « Mes néons », et la voix du chanteur imperturbable et bel et bien posée. On aime cette fusion parfaite des genres : sonorités électroniques « J’ai rêvé… », rythmes et refrains inlassables « Ici l’ombre » accompagnés par les sons chaleureux que dégagent la contrebasse, l’énergie de la batterie et d’une guitare qui sonne tel un synthétiseur sous extasie…à moins que ce soit l’inverse !?

Confusion, enivrement et excitation sont autant d’émotions qui ressortent de cet album. En effet, les sensations sont nombreuses et diverses. Balancé entre le quotidien et les sentiments amoureux, Khaban’ excelle et confirme une fois pour toutes son talent et sa passion pour la chanson.

J’attendais impatiemment l’album qui aurait le dernier mot cette année…