Moussu T e lei jovents

Moussu T e lei jovents reviennent avec un troisième album. Tout comme ses prédécesseurs, « Home sweet home » puise ses inspirations dans sa formidable région et plus généralement à la Ciotat. La pochette persiste et signe l’identité musicale du groupe qui s’affirme dans l’univers musical des années 20 et 30.

« Home sweet home » cultive la joie de vivre comme au premier jour. Les textes ne sont plus exclusivement liés à Marseille et ses environs mais plutôt à la vie et tout ce qu’elle nous apporte « Le divan ». Les choses les plus simples sont merveilleusement contées « Il fait beau » et l’on oublie subitement notre vie à cent à l’heure et notre société matérialiste.

L’album est très musical comme l’atteste « La cabussada » en guise d’introduction. L’occitan se fond dans l’univers musical et folklorique de Moussu T e lei jovents comme s’il s’agissait d’une évidence « Desamarra ! ». La musique est authentique et rappelle le bluegrass du début du siècle dernier. Moins rythmée mais tout aussi joviale, elle nous prouve sa musicalité tout au long de l’opus.

Moussu T e lei jovents composent la bande sonore de leur quotidien « A la Ciotat part2 » et maîtrisent parfaitement le sujet. Les sujets ne manquent pas de références et celui qui se perd dans la musique proposée par « Home sweet home » ressent inévitablement l’implication des chanteurs et l’authenticité des textes « Lo chaple ».

Ce troisième album marque le coup avec des chansons originales où l’imagination occupe une place de choix « Sur mon oreiller », « Labour song ». Les personnages prennent vie en même temps que les lieux et l’histoire qu’ils racontent. Ils vivent au travers de l’imagination de l’auteur et l’interprétation de l’auditeur. « Home sweet home » est une franche réussite et succède talentueusement aux deux précédents albums « Madamoiselle Marseille » et « Forever polida ».