Mort au Ludwing

40 groupes se partagent les créations des Ludwig Von 88 avec pour mission de leur apprendre (aux Ludwig…) comment faire de leurs chansons pourries de vrais tubes. « Mort aux Ludwig Von 99 » est un hommage destructeur rendu par les amis et fils spirituels du groupe des plus anciennes générations (Massilia sound system) aux plus jeunes (Sexypop).

Plus de 20 ans après sa formation, LW88 laisse des séquelles aux plus jeunes générations au grand dam des parents convaincus d’avoir saboté volontairement l’éducation de leurs enfants « Tuez-les tous » Miss Hélium. La relève est assurée par 40 disciples probablement issus d’une secte dont on connaît les vices et dérives « Le manège enchanté » Svinkels.

Les plus grandes stars internationales Sporto Kantes, Garage Lopez, Le maximum Kouette, Les vieilles salopes, Junior cony…perpétuent la tradition en réinterprétant les titres phares « HLM », « Je suis une légende », « Oui oui », « Louison Bobet », « Oh lord », « New Orleans »…d’un groupe considéré comme l’un des plus influents de la scène alternative française des années 80/90. Pas étonnant que l’on retrouve bon nombre d’endoctrinés aux multiples influences Ska Los Tres Puntos, Rock Les suprêmes dindes, Punk Dead Pop Club, Reggae Irie Members band , Chanson Lareplik…Ils n’en restent pas moins mentalement manipulés.

Les « incontournables » sont toujours aussi savoureux et ardemment préservés « Spock around the clock » Marcel et son orchestre, « Oui oui et la voiture jaune » Les Betteraves, « Louison Bobet » Les fils de Teuhpu…L’élite est bien évidemment présente sous des traits plus ironiques, énergiques que jamais « Pocahontas (Chaque fois) » Brigitte bop, enfin libérés et décomplexés par les chansons de leurs aînés.

C’est un plaisir de découvrir les artistes sous un autre jour, de donner une seconde jeunesse au répertoire des Ludwig avec une énergie et un humour communs, avec des interprétations ne manquant pas d’originalité et d’une folie rassembleuse.