I love you

Mathieu Boogaerts nous plonge dans son microcosme où les rythmes et sonorités percussives occupent une place de maître. Les premières impressions sont la surprise et la curiosité.

L’interprétation et la musicalité de l’album poussent l’artiste dans un univers hors normes dans lequel les textes jonglent entre langue française et anglaise « All I wanna do ». Ces derniers sont en complète osmose avec la musique qui nous délivre un florilège de sons synthétisés en tout genre. La base musicale est présente sous les traits énervés voire funky et festifs de la guitare, les traits posés mais souvent mis en avant de la basse, les traits tirés d’une ou plusieurs batteries qui sont à la base de ce nouveau projet vrombissant « Bandit ».

La batterie, associée le temps d’un album avec Mathieu Boogaerts, est à la base de ce nouvel opus intitulé « I love you » comme l’atteste la pochette de ce dernier. Les percussions, largement mises en avant, invitent à la danse « Jambe » et évoluent dans un contexte que l’on imagine dépourvu de stress et de toute autre nuisance.

L’ambiance est festive, bon enfant et tout à fait spontanée « Fais gaffe ». Le créateur de « I love you » nous propose une vision complète de son nouvel atelier où les mélodies viennent se greffer à ses premiers jets qui sont, au final, novateurs donc pleinement réussis et assumés. En effet, la spontanéité est le mot d’ordre sur cet album si bien que les textes, habituellement travaillés et longuement réfléchis, prennent leur aise sans complexe au rythme de la musique qui leur insuffle la bonne attitude et le bon ton.

Un ton souvent décalé et assumé, une dérive mentale jouissive et incontrôlée donnant naissance à des paroles qui se confondent à la musique et que l’on finit par adopter comme instrument à part entière « Game over ».