Cinq litres

Mac Abbe et le Zombi Orchestra et son univers déjanté met en scène des personnages sombres mais pleins d’humour. La pochette du disque donne un bel avant goût de ce qui se cache à l’intérieur de cet Ep 5 titres.

On imagine facilement les personnages évoluant en noir et blanc dans des situations quelquefois morbides mais, paradoxalement, dans une ambiance de fête foraine comme en atteste la pochette. Diaboliques, ces derniers prennent vie grâce à une musique réaliste qui fait froid dans le dos « Ma belle ». Dangereux criminels guidés par un soupçon de hasard et de folie ou encore petites frappes médiatiques « Langue de vipère » s’en donnent à cœur joie.

Mac Abbe et le Zombi Orchestra est en quelque sorte un manège déréglé d’où proviennent des sons étranges qui font penser à une boîte à musique digne d’un film d’horreur. Inspirés par la télévision et les faits divers, les textes jonglent entre humour noir et vérités inavouables « Les enfants des autres ». L’exagération et le cynisme sont omniprésents et démontrent que les textes et la musique sont indissociables.

Si le noir et blanc constitue une belle toile de fond, les couleurs sont quant à elles bien présentes et sont largement représentées par les cuivres. La musique de Mac Abbe et le Zombi Orchestra n’a pas l’air d’avoir de frontières et un aperçu nous en est proposé sur ce mini-album.

Un album original, un genre de carnaval musical que nous aurons le plaisir de redécouvrir sur leur prochain album. A vos agendas.