Black

Alors que Bad religion, The offspring, Pennywise et bien d’autres encore m’ont fait vibrer il y a quelques années, Tracy Gang Pussy, lui, nous livre un album pour adolescent en quête de bruit et de textes sans grande importance. Remarquez, il faudrait commencer par déchiffrer les dires du chanteur et lui payer des cours de diction pour pouvoir avancer le moindre propos.

Tracy Gang Pussy propose un anglais écorché face à une musique qui tient pourtant la route. Ma première impression fut bonne car les règles en matière de punk sont respectées. Cela en devient trop parfait puisque le chanteur beugle je ne sais quoi. Voilà le point négatif, le seul, l’unique qui me dérange profondément. Je pense plus particulièrement à « My first lesson ». N’y voyez aucune mesquinerie de ma part.

Le groupe a signé son premier « véritable » album chez « Apokalypse records ». N’y voyez aucune mesquinerie de ma part. C’est comme du déjà vu !? Eh oui, on ne réinvente pas le punk ou plutôt le Sleavy punk rock (Backyard babies, Black halos ou même Alleycat scratch). Les amateurs de musique forte seront, rassurez-vous, rassasiés. Les riffs, les refrains et les mélodies détonnent. Citons « Cold warmth », Kids from the 80’s », « She’s got a gun » et « Black » le titre phare de l’album. Un peu plus commercial cependant. Un avant goût de leur énergie sur scène avec « I’m a cunt » en version live.

Je défie quiconque de deviner à la vue de la pochette que le groupe est Parisien. Une multitude de clichés américains pour une musique réaliste. Les noms de scène le sont moins. « Suicide » est à la batterie. Allez savoir ce qu’ils ont dans la tête ces jeunes là !

Bonne écoute et surtout n’oubliez pas d’avoir vos propres opinions!